Assise dans ma voiture, l ‘appareil photo sur le siège avant, je suis à St Gilles, dans le Gard.

Devant moi passe un pré ado, maillot bleu sur le dos. Instinctivement je le suis et marche derrière lui. On arrive au stade. Je lui demande si je peux le prendre en photo.

Derrière la ligne blanche du terrain, je regarde l’entraînement. J’aime cette ambiance, ces sons et bruits étouffés, la lumière du soir éclairée par ces spots géants.

Les premières images sortes de manière plutôt informelles.

De Nîmes, Paris à Marseille, je continue à me rendre sur les stades, contacte les clubs et photographie les joueurs après leur entrainement. Tout va très vite, les enfants passent un à un devant mon objectif. Ils posent, fiers, fébriles, étonnés ou malicieux.

Quand je regarde les images, je suis touchée de voir par leurs corps, la personnalité en construction de chaque enfant. Je suis touchée car c’est là toute une vie qui se dessine déjà, avec ses histoires, sa famille, sa culture, ses origines et son passé.